Connaissez-vous l’explorateur Eliott Schonfeld et sa marche de la décroissance ?

À 21 ans, Eliott Schonfeld a choisi de devenir explorateur. Depuis ce jour, le tout jeune aventurier parcourt seul, équipé de manière minimaliste et pendant de longs mois, certains des endroits les plus sauvages et inaccessibles de la planète.

Les aventures d’Eliott Schonfeld ont commencé à seulement 19 ans après avoir passé plusieurs jours dans une forêt tropicale australienne. Le jeune homme y découvre la vie sauvage, la fatigue et la faim. Une expérience qui le marquera durablement. Sa vie ne serait plus jamais la même. À pied, à cheval, en chien de traineau, en canoë ou même en radeau, il deviendra peu à peu un explorateur passionné, à la découverte de terres hostiles, qu’il parcourt en autonomie complète afin de « réapprendre à vivre sur Terre ».

« Un monde sans exploration possible serait un monde vide. Vide de sens, vide de vie. Tant que les explorateurs pourront exercer leur métier, rien ne sera tout à fait perdu. »

Le désert de Gobi

En 2015, le premier grand périple d’Eliott s’est déroulé en Asie Centrale. Pendant 3 mois, le tout jeune explorateur a parcouru la Mongolie des steppes du nord jusqu’au désert de Gobi. Il a parcouru 2000 kilomètres à pied, en camion, en bus ou à cheval. Il lui a fallu monter à cheval durant six semaines pour traverser 900 kilomètres. Il a ensuite traversé à pied des étendues sauvages pendant 33 jours en autonomie totale, avec le souci constant de trouver de l’eau. Pari réussi pour Eliott, qui prend rapidement goût à cette quête ultime de l’aventure en autonomie.

L’Alaska

La deuxième destination extrême d’Eliott s’est déroulé en Alaska. 3000 kilomètres parcourus en 100 jours ! Pendant son épopée, il s’est nourri de champignons, de baies, de plantes cueillies et de poissons pêchés. Les rivières abondantes lui ont procuré de l’eau en abondance. Pendant plus de 3 mois, il a dû trouver sa place au sein de cette nature grandiose, peuplée de grizzlis, de loups et de caribous.

L’Himalaya

C’est dans l’Himalaya qu’a réellement commencé la « marche de la décroissance ». Réaliser une expédition en autonomie absolue, dans un environnement aussi rude que peut l’être la chaîne himalayenne, constitue un véritable défi que l’explorateur a relevé avec succès. Après avoir abandonné tous les objets du monde moderne, il a dû faire du feu par friction, se vêtir d’une veste en peau et transporter ses affaires dans un sac en bambou. Accompagné d’un cheval et de sa caméra, Eliott a finalement remporté son pari !

L’Amazonie

Pour sa dernière expédition en date, Eliott a été inspiré par un autre jeune explorateur, Raymond Maufrais, décédé à 23 ans en 1949 au coeur de la jungle amazonienne. La lecture du livre « Aventure en Guyane », qui n’est autre que le journal de bord de Raymond Maufrais retrouvé après sa mort au coeur de la jungle par un indien Emerillon, a bouleversé Eliott. Il décide de partir sur ses traces en traversant l’Amazonie. L’objectif ultime sera de terminer l’expédition que Raymond n’a pas eu l’occasion de finaliser.

« Le lieu le plus sauvage de la planète me paraissait trop redoutable… Ce sera juste moi tout seul dans la jungle, sans aucune route, sans aucune piste, juste au milieu des arbres. »

Le 28 juillet 2019, il entreprend son voyage de 250 kilomètres à travers la jungle. Il affronte les rivières Ouaqui, Tamouri et Camopi en pirogue, les remonte à contre-courant pour arriver jusqu’au lieu où le carnet de bord fût découvert. Interrogé par Brut, l’aventurier déclare avoir lu chaque jour de son expédition le journal de Raymond. Il découvre ainsi qu’il passe par « les mêmes craintes, les mêmes joies, et les mêmes émotions ». Raymond échoua à construire un radeau pour descendre le courant. Il mourut après avoir abandonné ses affaires et décidé de descendre la rivière à la nage. Eliott a rencontré les mêmes difficultés. Affamé, épuisé, après avoir perdu sa machette, il réussira à construire un radeau de fortune avec son couteau, et retournera à la civilisation après 50 jours d’expédition, dont 15 jours passés à redescendre la rivière à bord de son embarcation.

« J’ai l’impression d’avoir atteint la jungle dont j’ai toujours rêvée. C’est la plus belle expédition de toute ma vie. »

L’explorateur, devenu auteur et réalisateur partage ses aventures minimalistes en quête de décroissance, et espère ainsi faire évoluer un peu les mentalités consuméristes de nos sociétés.

La rédaction

Les plus récents

Parcs Nationaux de France #3 : Les Cévennes

En Occitanie, au sud-est du Massif Central, la chaîne montagneuse des Cévennes s'étend sur les départements de la Lozère, du Gard et de l'Ardèche. Des...

Bien dans son corps et bien dans sa tête avec le thermalisme

Le thermalisme de France est riche de 770 sources thermales réparties sur tout le territoire. Pas moins de 110 établissements thermaux présents au coeur...

Patrimoine Mondial de l’UNESCO #11 : Salines de Salins-les-Bains et d’Arc-et-Senans

Dans le cadre d’une série spécialement consacrée aux sites français reconnus au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, la rédaction de Welcome Écotourisme vous propose de...

Rencontre avec les animaux de la ferme : Un moment fort pour les plus jeunes

Il y a quelques décennies, ils faisaient presque partie de la famille. Désormais, trop d'enfants ignorent tout d'eux, parfois même jusqu'à leurs noms. Les...

Surfcasting : La meilleure saison débute bientôt

Pour beaucoup la fin de l'été rime avec rentrée et morosité, mais pour les amateurs de surfcasting, elle est la promesse d'une nouvelle saison...

Les plus lus

Vidéo : Des orques observées au large des Landes !

Ce n'est pas la première fois que des orques sont observées dans le Golfe de Gascogne, mais chaque opportunité de croiser la route de...

Vous n’en croirez pas vos yeux mais ces sites naturels se trouvent en France métropolitaine

Inutile de parcourir le monde pour découvrir des destinations idylliques. Au travers de ce quizz "Destinations françaises ou destinations internationales ?" nous vous proposons...

Et si cet été, vous partiez en famille sur les chemins de Compostelle ?

Bercés par une relative abondance matérielle au coeur d’une société frénétique, nombreux sont les parents qui souhaitent faire vivre à leur famille des expériences...

La pêche de loisirs, une diversité de pratiques et de techniques au service d’une même passion

En France, la pêche de loisirs rassemble 1,5 million d'adeptes au sein de réseaux associatifs indépendants particulièrement développés sur l'ensemble du territoire. Si les seniors constituent...

Petit guide pour éco-voyageur en herbe

Pollution de l’air, de l'eau et des sols, bétonisation des littoraux, disparition de la biodiversité, mauvaise gestion des déchets et surconsommation des ressources naturelles......